Accident vasculaire cérébral (AVC)

Dans environ 79 % de tous les cas d’AVC, un vaisseau sanguin irriguant le cerveau est bloqué, par un caillot sanguin par exemple. Cela entraîne une irrigation sanguine insuffisante. Près de 13 % des patients ont exactement les troubles opposés, c’est-à-dire un saignement au niveau du cerveau dû à une lésion des vaisseaux sanguins. Dans les deux cas, l’irrigation sanguine de certaines régions du cerveau n’est plus suffisante en raison d’un trouble circulatoire local.


Fréquence

D’après les estimations les plus récentes, environ 270 000 premiers cas d’AVC surviennent chaque année en Allemagne. Près de la moitié des patients survivant à un AVC restent handicapés en permanence un an après l’accident et ont besoin de l’assistance d’autres personnes. Près de 1,3 million de citoyens de ce pays souffrent désormais des conséquences de cette maladie. En raison du vieillissement de notre société, le nombre de patients victimes d’un AVC est susceptible d’augmenter de manière considérable dans les décennies qui viennent. Selon les prévisions légitimes réalisées par le registre des AVC d’Erlangen (Allemagne), 3,5 millions de patients bénéficiant de soins directs coûtent 108 milliards d’euros. Le tableau clinique des AVC constitue donc l’un des principaux défis du système de santé allemand.

Symptômes

Les symptômes d’un AVC peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre, notamment en ce qui concerne leur gravité. Ils incluent :

  • Un trouble de la vue
  • Un champ visuel limité
  • Des perturbations de la perception de la profondeur, une double vision
  • Des troubles du discours et de la compréhension du langage
  • Une paralysie, un engourdissement
  • Des perturbations de la sensation du toucher
  • Un affaissement du pourtour de la bouche – de tels dysfonctionnements peuvent également survenir dans la jambe et le bras (pied tombant et poignet tombant)
  • Des douleurs à l’épaule
  • Une instabilité de la fonction de l’articulation de genou en position debout
  • Une instabilité du torse
  • Des vertiges avec une démarche incertaine
  • Une spasticité de différentes formes et à différents degrés de gravité

Rééducation

Selon le groupe de travail fédéral de rééducation, ce qui est connu sous le nom de modèle de phases s’applique dans le domaine de la rééducation neurologique. Initialement, le besoin d’assistance de la part du patient est évalué par le médecin responsable et le/la thérapeute. Une certaine phase de rééducation peut être envisagée en fonction du besoin d’assistance de la part du patient. La rééducation neurologique est divisée dans les phases suivantes :

  • Phase A : traitement médical intensif
  • Phase B : rééducation médico-thérapeutique, rééducation précoce (en partie au repos avec les restrictions les plus sévères (coma) chez les patients les plus gravement affectés dont la capacité de participation au traitement est limitée)
  • Phase C : rééducation médico-thérapeutique (trouble de l’autosuffisance)
  • Phase D : rééducation médico-thérapeutique (mouvement possible au niveau du service de soins)
  • Phase E : rééducation médico-professionnelle (réintégration, réorientation le cas échéant)
  • Phase F : soins curatifs, mesures visant à maintenir la condition actuelle

De nombreuses choses ont été accomplies dans le domaine des soins intensifs ces dernières années. Avec des dispositifs médicaux modernes, Ottobock poursuit l’objectif de se concentrer davantage sur la rééducation qui suit les soins intensifs prodigués aux patients. Des fauteuils roulants destinés à fournir un soutien dans la phase précoce de rééducation, aux produits pour la faiblesse des releveurs du pied (orthèses, stimulation électrique fonctionnelle (SEF) sous forme de stimulation de surface ou d’implants), en passant par les orthèses qui stabilisent l’articulation de l’épaule, du genou et du poignet : Ottobock offre une vaste gamme de solutions et de produits modernes.


Les produits présentés sont des exemples d’appareillage. L’adéquation d’un produit à votre situation et votre capacité à exploiter au mieux les fonctions du produit dépendent de nombreux facteurs différents. Votre condition physique, la forme physique et un examen médical détaillé sont, entre autres, des éléments essentiels. Votre médecin ou l’orthoprothésiste choisira également l’appareillage qui vous convient le mieux. Nous sommes ravis de pouvoir vous aider.


Produits correspondants